Actualités
le 25 mars 2018 Retour

Demain l'habitat -21 mars 2018

Pour cette sixième édition des RENCONTRES, la question de la résilience des territoires et des logements a été abordée.

Habiter, c’est s’inscrire dans un emboitement qui va de soi, du chez-soi au quartier, au territoire nous rappelait Pascal DREYER, grand témoin des RENCONTRES 2017. L'édition 2018 s'articule autour de ces trois échelles, du territoire au quartier puis au logement, en évoquant les quatre grandes transitions (climatique, démographique, numérique et démocratique) qui impactent les pratiques professionnelles, à réinventer dans un monde de plus en plus liquide, changeant.

Face au changement climatique,comment organiser la mutabilité des territoires ? Comment penser la résilience des territoires face à leur vulnérabilité (face aux risques majeurs naturels et technologiques), comment réinventer l’existant ? Pour les trois intervenants, diagnostiquer pour connaître sa vulnérabilité constitue la première étape en vue de l’accepter puis s’adapter. Il faut sensibiliser, prévenir, anticiper plutôt que devoir gérer la crise et reconstruire. La présidente du CEPRI a ainsi explicité comment Saint-Pierre-des Corps est devenu un territoire résilient face aux inondations.

La deuxième séquence de la matinée a traité le sujet de la réversibilité des quartiers en friches et des modalités de gestion temporaire de ces lieux. Les représentantes de l'IAU Ile-de-France ont commenté les conclusions de leur récente étude sur l'urbanisme transitoire en soulignant comment ces laboratoires urbains, associant les usagers, permettent de tester des scenarios d'acceptabilité des usages futurs. Les représentants de la MRAI ont ensuite présenté la politique immobilière des armées et explicité le mode d'emploi à suivre pour acquérir des emprises déclassées. Le témoignage consécutif du directeur de l'EPF lorraine a permis d'appréhender les démarches d'observation menées pour identifier et typologiser les friches en Lorraine. Le cas pratique de traitement d'une friche  présenté a mis en exergue les diverses étapes  en pointant l'importance de la gestion temporaire du lieu.

L'après-midi a posé la question de  l'adaptabilité du logement et de nos pratiques professionnelles. Comment répondre au story-board de l’usager ?
Après l'intervention du maire de Bourg-en-Bresse sur la reconversion d'une maison d'arrêt en logements soulignant les diverses contraintes à lever, Monique ELEB a rapidement esquissé les solutions imaginées pour reconfigurer les logements au gré des recompositions familiales à l'oeuvre. Le promoteur Nexity et Est métropole habitat, bailleur social lyonnais ont exposé les réponses qu'ils conçoivent pour s'adapter aux nouveaux usages urbains, en insérant par exemple des briques d’innovation dans chaque projet conduit. Cyrus MECHKAT, architecte, a clos la journée en prônant un habitat ordinaire pour tous, mutable, réversible, adaptable à chacun. Il faut, selon lui, revenir de l’exception (logements spécifiques pour personnes âgées,…) et aller vers un plan de logement ordinaire pour tous, souple.

Téléchargements

image description LES RENCONTRES Rapport - Demain l'habitat ? Quelles mutabilité, réversibilité, adaptabilité des territoires et des logements? - Actes - 21 mars 2018 image description LES RENCONTRES Dossier - Demain l'habitat : carnet d'inspiration - 21 mars 2018 image description LES RENCONTRES Support de présentation - Rencontres demain l'habitat - diaporama - 21 mars 2018