Actualités
le 27 mars 2017 Retour

Ve RENCONTRES : Innover dans l'habitat - 22 mars 2017

Innover, réinterroger les pratiques : un impérieux besoin pour être plus efficient  dans un contexte de raréfaction des deniers publics, pour éviter d’alourdir factures et fractures, tout en disposant d’une vision, d’un cap qui donne sens dans une société en accélération permanente.
Innover dans l'habitat : comment concevoir, conduire une politique habitat autrement ?
Les Ve RENCONTRES du Forum des politiques de l'habitat privé ont été l’occasion de zoomer sur 3 types d'innovation, susceptibles d'impacter les politiques locales de l'habitat : innovation technologique (numérique), sociale et de produits/services/usages.

La data  révolution nous bouscule. En quoi les data peuvent-elles concourir au pilotage des politiques locales de l'habitat ?

Collectivités territoriales et leurs prestataires produisent régulièrement des données, conséquentes tant en volume qu’en variété, qu’il s’agit de stocker, analyser, croiser,  partager, enrichir, restituer, donner à voir pour piloter l'action publique. La matinée de ces Ve RENCONTRES a permis d’apprivoiser un nouveau langage et de pointer l’enjeu d’élaborer localement une stratégie data en matière d’habitat voire de se doter d’un chief data officer pour favoriser une approche transversale, collaborative et faciliter une acculturation collective.

Le représentant d'Etalab a tout d’abord rappelé les avancées en matière d’ouverture et de circulation des données publiques (open data) et l’évolution récente du cadre légal (lois NOTRe, Valter et Lemaire) avec la création d’un service public des données de référence avant d’évoquer les jeux de données disponibles en matière de logement, accessibles via le portail data.gouv.fr.

Le géomaticien et la thématicienne du Céréma présents ont exposé la façon dont ils opéraient, ensemble, pour tirer du sens de ces mégadonnées pour mieux piloter les politiques locales de l'habitat. Trois outils d’aides à la décision (fichiers fonciers, urbansimul et territorialisation de la production de logements) ont été présentés, complémentaires de l’application SIMPLU3D développée par l’IGN qui gère le géoportail de l’urbanisme (GPU), point d’accès unique aux documents dématérialisés d’urbanisme.

Rennes métropole et l'association TUBA (Lyon) ont témoigné de leurs pratiques locales pour ouvrir leurs jeux de données et rechercher avec les acteurs locaux des réutilisations possibles, en donnant la part belle aux citoyens dans ces expérimentations (challenge habitat bien-être, serious game ElectrYclub, .. .).

La directrice de l’agence locale de l’énergie de Bretagne sud a partagé les enseignements du projet SOLENN, conduit depuis 2014, concernant la collecte, la transmission et l’exploitation des données du compteur Linky en insistant sur la nécessité de recueillir le consentement éclairé des ménages participant à l’expérimentation, l’importance de valoriser leur engagement et de leur fournir en retour (self data) des informations compréhensibles pour qu’ils prennent conscience de leur consommation énergétique.

Comment mobiliser autrement les habitants ?

L’agglomération de Creil Sud Oise a imaginé des séances de théâtre-forum qu’elle a conçues avec l’ARC et la compagnie Naje et teste depuis 2016 auprès de copropriétaires de petites copropriétés. Les 2 saynètes jouées par la troupe de théâtre ont fortement intéressé les participants des RENCONTRES. Cet outil de théâtre-forum leur ouvre en effet des perspectives pour dialoguer autrement avec les habitants dans le cadre de dispositifs d’amélioration de l’habitat et ainsi construire une dynamique de confiance, du «nous» pour faire émerger collectivement des solutions aux problèmes identifiés.

Hors des canaux classiques de financement, des solutions alternatives de financement participatif se déploient. L’un des fondateurs de la plateforme Collecticity a explicité les apports potentiels du crowdfunding et notamment du crowdlending dans la mise en oeuvre des politiques locales de l'habitat.

Comment concevoir autrement les logements, comment prendre en compte les usagers et leurs usages, pluriels ?

Des expériences se multiplient pour explorer des modalités nouvelles de concevoir des produits-logement en associant les habitants. G. Brisepierre a brossé à grands traits les objectifs et la méthodologie de son projet de recherche sur la conception participative dans l’habitat collectif dont il exposera les résultats lors des Assises de Leroy Merlin Source en juin 2017.

Après un rappel des enseignements du programme logement design pour tous du  PUCA. F. Lejeune de Finistère habitat a témoigné des atouts de cette démarche expérimentée pour développer du petit collectif en milieu rural puis P-D. Huyghe, philosophe et responsable d’un master de recherche en design à la Sorbonne, a proposé une définition du design, issue de ses travaux sur le sujet. Le design permet selon lui de «mettre les formes, faire ressortir le goût de ce qui est fabriqué», les designers opérant le lien entre concepteurs et habitants.

Tout au long de la journée, les interventions percutantes de Pascal DREYER, sociologue, coordinateur Leroy Merlin Source ont remis en perspective les interventions avec en fil rouge la question de la confiance à instaurer, de l'articulation du JE-NOUS, qu’il s’agisse de recueillir le consentement éclairé de l’habitant, fournisseur potentiel de données ou d’engager chaque copropriétaire dans une dynamique collective de résolution de problèmes ou bien encore d'inciter le citoyen à investir dans le territoire (crowdlending).

Téléchargements

image description LES RENCONTRES Rapport - Actes des RENCONTRES Innover dans l'habitat - 22 mars 2017